Fermer

[Dossiers du Périgord] Le Musée National de Préhistoire & Lascaux IV


La France comporte sur son territoire de nombreux sites préhistoriques. On les situe en majorité en dessous de Paris avec une forte concentration dans le sud-ouest et en particulier dans le Périgord Noir autour de la Vallée de la Vézère.

Aujourd’hui, j’aimerai donc vous faire (re)découvrir un thème patrimonial essentiel du Périgord Noir : la Préhistoire.
Si vous êtes déjà allé visiter des sites : monuments, châteaux, musées en Dordogne, vous vous êtes certainement aperçus qu’ils comportent souvent une partie dédiée aux fouilles archéologiques sur la période de la Préhistoire. Il faut dire que la région regorge de grottes et falaises et que nous savons que la présence de l’homme dans ces régions remonte à des millénaires. Il n’est donc pas rare de trouver de petits musées dédiés à la Préhistoire au sein parfois de châteaux comme c’est le cas dans La Maison Forte de Reignac ou au château de Sauveboeuf près de Montignac.

Des musées sont intégralement consacrés à cette période de l’Histoire. Durant notre séjour dans le Périgord Noir, nous en avons visité deux : Le Musée National de la Préhistoire aux Eyzies & Le Centre International de l’Art Pariétal : Lascaux IV à Montignac. Une période, 2 musées, 2 thèmes, 2 expériences.

Le Musée National de la Préhistoire

Nous nous sommes tout d’abord rendu un samedi après-midi au Musée National de la Préhistoire aux Eyzie. Ce village est un incontournable pour tous les passionnés de Préhistoire : il concentre des abris (Le Cap Blanc), des grottes ornées (Font-de-Gaume ; Combarelles). Ce n’est pas pour rien si Les-Eyzies-de-Tayac est considéré comme la capitale mondiale de la Préhistoire. Depuis le début du XXème siècle, le village accueille des chercheurs et des scientifiques venus du monde entier.

Le Musée de la Préhistoire est un musée de taille moyenne que l’on peut visiter en un après-midi. D’allure moderne, il est agréable à arpenter. Nous espérions le visiter avec un guide comme cela était conseillé sur internet, malheureusement il n’y avait pas de visites guidées le samedi.
Nous avons reçu un plan pour pouvoir mieux nous orienter à l’intérieur des salles et suivre la visite de façon chronologique. A l’intérieur des salles, il y a de nombreuses vitrines comprenant en majorité des éléments de fouille autour des nombreux sites de la Vallée de la Vézère : des ossements d’animaux, des pierres taillées (silex, bifaces, outils).


Plusieurs vidéos dans la salle principale présentent la taille des outils à la manière des hommes préhistoriques. J’ai particulièrement apprécié la vidéo qui nous montrait comment ces hommes réalisaient des œuvres d’art comme les Vénus (des statuettes féminines aux courbes généreuses, sans doute symbole de fertilité).
Les vitrines sont rangées par ordre chronologique et présentent l’évolution des outils et matériaux, mais également l’évolution de la faune aux différentes époques.



J’ai eu une préférence pour les dernières salles du musée, celles consacrées à l’art funéraire (et qui présentaient des bijoux), et celles présentant des découpes de roches avec des sculptures et gravures pariétales.




La visite du musée s’achève sur la terrasse d’où nous pouvons admirer le village des Eyzies en contrebas, au loin la Vallée de la Vézère et au dessus de nos têtes les parois avec quelques abris préhistoriques.





Ce musée est intéressant mais peut-être un peu trop pointu pour les personnes (comme nous) qui ne sont pas spécialisées en Préhistoire. La visite avec des enfants est possible mais je pense qu’elle peut également être difficile à suivre pour eux s’ils ne s’intéressent pas plus que ça à la Préhistoire.

Le Centre International d’Art Pariétal : Lascaux IV
Quelques jours plus tard, nous avons effectué la toute dernière visite de notre séjour dans le Périgord Noir. Nous nous sommes rendus à Lascaux IV après bien des hésitations. Nous ne savions pas si le fait que ce soit une reconstitution de la grotte allait nous plaire. Le bâtiment paraissait trop moderne à notre goût et le prix nous freinait un peu. La météo nous a fait changer d’avis et le moins que l’on puisse dire c’est : tant mieux !

Nous logions à quelques kilomètres seulement de Montignac et nous étions passés plusieurs fois devant le musée (qui d’ailleurs semble toujours rempli du matin au soir, c’est un succès !)

Nous nous sommes enfin décidés pour une visite du centre de Lascaux IV, après tout la météo ne nous permettait pas de faire quelque chose en extérieur. Nous sommes arrivés vers 11h45 et avons acheté nos billets à l’accueil après une fouille minutieuse à l’entrée. Notre billet annonçait la visite à 12h08 précise !

La visite de Lascaux IV débute en groupe (près de 30 personnes je pense), les visites sont annoncées au micro et les personnes ayant un billet correspondant à l’horaire indiqué doivent se rendre près de l’accueil où un membre du personnel vient faire une présentation du musée et de la visite.
Par la suite nous sommes dirigés vers une salle en compagnie du guide, où l’on nous fournit une tablette tactile et un casque audio. La visite du musée commence par une visite guidée d’une heure de la reconstitution de la grotte de Lascaux. Les groupes étant nombreux, le ou la guide fait sa présentation à l’aide d’un micro, ainsi les casques permettent à tout le monde d’entendre ce qu’il se dit (même en étant au fond).

Le groupe est ensuite dirigé vers un grand ascenseur qui nous fait monter sur le toit du musée où la visite débute par un repérage géographique (de Montignac, de Lascaux, des autres lieux préhistoriques). La visite continue sur l’histoire de la découverte de la grotte de Lascaux, et enfin par l’exploration de la reconstitution de la grotte.




Nous avions un apriori sur la visite d’une reconstitution de grotte mais c’est tellement immersif que nous avons eu l’impression d’être dans la véritable grotte d’autant plus que la température du lieu était réglée pour correspondre à la température de Lascaux (13°c).
Il est interdit de prendre des photos durant la visite guidée de la grotte, mais après la visite il était possible d’en prendre dans « l’atelier de Lascaux ». Cet atelier est une grande salle où des parties de la grotte de Lascaux sont exposées à part et commentées à l’aide de la tablette. Les détails de ces parties de paroi sont soulignés à l’aide de lumières, d’effets de film, de couleurs. C’est une autre façon de découvrir l’art pariétal : l’accent est mis sur la particularité de l’œuvre et en quoi elle est unique.












La technologie est sans cesse mise en avant, la tablette est le véritable support de visite (ne vous attendez pas à trouver des cartels explicatifs, il n’y en a pas, c’est la tablette seule qui vous guidera).

Le musée comprend d’autres salles :
Le théâtre de l’art pariétal (un coup de cœur pour moi). 3 salles vidéo présentent de façon chronologique l’évolution de la perception de la préhistoire, de la vie des hommes préhistoriques et de la recherche entourant cette période (du XIXème siècle à nos jours).
Le cinéma : à l’aide de lunettes 3D (re)visitez la grotte de Lascaux de façon originale et découvrez des parties de la grotte qui ne figurent pas dans la reconstitution.
La galerie de l’imaginaire : cette salle entourée d’écran vous permettra de réaliser votre propre exposition. Pour cela vous pourrez choisir sur un écran vos œuvres favorites qui seront ensuite projetées sur les écrans entourant la salle.


Lascaux IV est une expérience originale et moderne. Nous n’avons pas vu le temps passer, la visite était agréable. Il y avait du monde mais ce n’était pas la foule de la haute saison (et tant mieux car je pense que dans ce cas l’expérience ne doit pas du tout être la même). Au final, c’était une très bonne surprise et le prix d’entrée est totalement justifié par l’utilisation de la technologie qui est omniprésente dans le musée.

Quelques points négatifs sont à souligner tout de même :
– L’organisation des visites par horaire fixe, avec de grands groupes peut donner l’impression d’être une « usine à touristes » (nous avons vu cette remarque à plusieurs reprises sur internet et c’est en partie ce qui nous a longtemps fait hésiter). Il n’y a pas de place à l’improvisation, tout est réglé comme du papier à musique.
– L’utilisation de la technologie, et de la tablette en particulier, peut gêner certaines personnes. Dans notre groupe il y avait de nombreuses personnes âgées et elles ne semblaient pas toutes apprécier ce mode de visite du musée. La tablette est un outil génial mais il est vrai qu’elle est nécessaire partout dans le musée, et même pour nous, il était parfois compliqué de la faire fonctionner correctement. Les synchronisations entre les salles et les œuvres ne sont pas toujours justes. Nous avons remarqué que certaines personnes ont vite abandonné l’utilisation de la tablette au cours de leur visite. L’autre aspect un peu négatif de cet outil c’est qu’il nous oblige à avoir une expérience de visite individuelle. Les instructions sont données dans le casque et au final même si vous visitez le musée à plusieurs, la tablette vous isole un peu du groupe.
– Le musée se veut « Centre international de l’art pariétal », j’ai été un peu déçue à ce niveau car je n’ai pas eu l’impression d’en apprendre plus sur l’art pariétal en général. Tout est centré sur Lascaux et il n’y a rien concernant les techniques dans d’autres grottes, ou concernant l’évolution de cet art.


Vous l’avez vu, ces deux musées traitent tous les deux de la période de la Préhistoire mais ils le font de façon totalement différente. D’un côté nous avons un musée très classique et pointu sur son domaine : le Musée National de la Préhistoire des Eyzies. D’un autre côté, vous pourrez vivre une expérience totalement différente, moderne et immersive au Centre International de l’Art Pariétal : Lascaux IV à Montignac.
Je dirai que le musée des Eyzies est parfait pour les amateurs et les spécialistes de la Préhistoire car il demande d’avoir quelques connaissances pour pouvoir apprécier au mieux les objets présentés.
Lascaux IV en revanche s’adresse à un plus grand nombre de visiteurs même s’il peut laisser de côté certains d’entre eux pour qui la technologie serait un frein. Lascaux IV peut se faire en famille, je pense qu’il est plus approprié pour des enfants que le musée des Eyzies. Il a ses défauts également comme je l’ai souligné plus haut, mais il me semble que c’est le musée qui est le plus accessible aux néophytes.
Bien entendu, je vous recommande tout de même la visite du musée des Eyzies mais en privilégiant la visite guidée pour pouvoir y passer un agréable moment.

Et vous, quel musée vous intéresse le plus ? Avez-vous déjà visité l’un de ces musées et qu’en avez-vous pensé ?

 


Abonnement au blog (pour être tenu informé de la publication des prochains articles)
Partager :

A propos de Booklets Of Kleio

Caroline, étudiante en Histoire, (ancienne stagiaire au Centre Historique Minier de Lewarde & ex agent d'accueil et de surveillance au Palais des Beaux Arts de Lille). Je suis depuis toujours passionnée de patrimoine avec une affection particulière pour celui du Val de Loire. J'ai beaucoup d'intérêt pour la culture en général : les musées, les expositions, la musique, la lecture, les séries tv...

3 commentaires sur “[Dossiers du Périgord] Le Musée National de Préhistoire & Lascaux IV

  1. Ton article me donne envie d’y retourner… Quel joli coin de patrimoine et d’histoire. J’avais énormément aimé le musée des Eyzies. Moi qui suis bien plus histoire médiévale, j’avais énormément cette visite, sans parler de Lascaux, qui n’était cependant pas encore Lascaux IV avec toute sa modernité, et que j’aimerais beaucoup voir. (après avoir lu tes impressions et vu tes photos, ça ne va pas s’arranger !)

    1. Contente de lire que tu as aimé cet article 😉 Je te remercie pour ce commentaire, ça me fait toujours plaisir de pouvoir lire les avis et les expériences des autres. J’ai bien aimé les Eyzies, c’est juste que j’ai trouvé qu’il me manquait des connaissances en Préhistoire pour pouvoir l’apprécier à sa juste valeur.
      J’ai justement prévu d’écrire d’autres articles sur le Périgord Noir avec notamment notre visite du château de Beynac ^^ Il est vrai aussi que dans la région il y a de quoi faire pour les amateurs d’art médiéval 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués *

error: Content is protected !!